« Ceci est une révolution », ou le surf politique au Maroc

février 27, 2011 at 5:49 (Uncategorized)

« Ceci est une révolution, une sublime révolution, une grande chance pour le Maroc ». Le mouvement du 20 février a fini par forcer la conversion aux idéaux réformateurs d’un mélange infect de partis politiques et de pseudo-leaders d’opinion.


Le révolutionnaire Mouvement Populaire, bébé du Ché Aherdane , et l’USFP, parti connu pour sa fidélité à ses idéaux, sont les derniers à clamer haut et fort à quel point ils adhérent à l’esprit djeun du 20 février. Et pire encore, ils osent se mouiller davantage en réclamant des réformes constitutionnelles.

Le nouvel éditorialiste de Telquel, Karim Boukhari, a également rejoint la caravane. Il y avait une semaine, je le pensais totalement reconverti à la bonne Voie, rejetant d’un revers de main la rhétorique Benchemsienne qui a fait le malheur des salariés de Nichane/Telquel. En deux semaines d’affilé, il nous avait honorés par deux éditoriaux, deux odes dignes d’un Mustafa Alaoui doublé d’un Nini francorphone. Pour Karim, la marche du 20 février était une perturbation. Mais dans le dernier numéro, le voilà qui se décide à surfer sur la vague, et qui se met à voir dans ce mouvement une auguste marche vers le progrès.

Pourquoi donc y a-t-il autant de monde qui revoient sa copie ? les manifestations ont-elles été si significatives que cela ? les slogans brandis ont-ils été si mobilisateurs ? ou bien les pillages n’ont pas été suffisamment graves à Rabat et à Casablanca pour dresser le peuple contre ces brebis galeuses ? La franchise du Ministère de l’Intérieur, qui a bluffé tout le monde en déclarant pacifiques les manifestations, a fini par donner le feu vert aux opportunistes en manque d’imagination politique pour qu’ils épousent les thèses du Progrès et de la Réforme Bottom-Up.

Bien évidemment, le retournement de veste n’est pas un sport national. Les anti-fitnacontinuent heureusement de sévir sur le net et sur la presse. Les jeunes promoteurs d’un think tank marocain mondialement connu n’arrêtent plus de marteler via leur FB à quel point le système qui les a bercés est génial et prometteur. D’autres, dont on appréciait autrefois le sens de la discrétion et de la bienséance, se sont imposé la mission de faire le relais de la MAP sur Facebook et Twitter. Mieux encore, ils ont décidé de jouer les modérateurs relativisant les révolutions/révoltes arabes : « M’enfin, pourquoi se féliciter de la révolution égyptienne! l’armée y a repris les commandes qu’elle avait déjà ».

Mais ayons une pensée pour ces producteurs de parlote qui ne savent plus à quel saint se vouer dans le flou artistique ambiant. Notre BigBrother.ma national tâtonne toujours dans son discours post-20 février, alors qu’il était un des pionniers dans le dénichement d’indices de l’implication algério-polisario-anarcho-islamo-sinioniste derrière le mouvement protestataire. Depuis, le pauvre a laissé même distiller un mea-culpa entre les lignes de ses posts, et a poussé l’affront jusqu’au bout en cherchant les causes du sac des bureaux d’Amendis dans la politique de prix qu’elle pratique au Nord du Royaume !! Mais quand même !!

Néanmois, la tâche la plus difficile est incombée à certains « analystes politiques », qui sont invités sur le plateau des chaines françaises qui se sont fait ravir toute la matière grise arabe par les chaine du Golfe. France 24 fait avec ce qu’elle a à sa portée, tantôt le Prince Mly Hicham, tantôt de gens de moindre calibre comme un certain Cherquaoui Roudani. Mais ils sont toujours à la hauteur : toujours à relever le défi de s’enflammer pour les révolutions des autres, tout relativisant la probabilité d’une perturbation chez eux… Le mot d’ordre est «évolution», « exception marocaine due à son ancrage historique» et on n’a de cesse de préciser à quel point « le Maroc est une exception et reste un exemple à suivre malgré tous les problèmes et retards » (admirez l’oxymore). Iznogoud, lui, a tout de même tenté d’optimiser ses paris en exprimant la veille du 20 février l’admiration qu’il voue à l’esprit du mouvement. Et le certificat de bonne conduite ?


Les semaines qui viennent vont être généreuses en appels à « l’impérative réforme politique au Maroc ». Beaucoup d’hommes et de femmes politiques et même de ben-oui-oui porteront des combinaisons de surf. Ça va être drôle parce qu’il y en aura qui ont mis des combinaisons de tailles inappropriées, d’autres qui ne savent que patauger, et enfin d’autres qui vont prendre la vague en pleine figure.

Mais de grâce, chers gardiens du temple, chers vrais réformateurs, restez sur vos gardes. Vous êtes les leaders, les porte-paroles et le moteur de votre propre marche. Ne vous faites pas griser par un potentiel mouvement d’approbation, ni par un habile surfeur. Et rappelez-vous l’USFP d’El Youssfi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :